Actualités

Portait d'Alumni -  Anandaramane CANDASSAMY Portait d'Alumni - Anandaramane CANDASSAMY
Partager sur :

Portrait d'Alumni - Anandaramane CANDASSAMY

24 avril 2022 Portraits
Vue 154 fois

 

Anandaramane CANDASSAMY - 25 Ans

Sorti du LFIP en CP 2002

En thèse dans le domaine de l’intelligence artificielle comme moyen d’amélioration de la santé des patients allergiques aux pollens.

Entre région parisienne et Grenoble.

 

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours ? qu’avez-vous fait depuis que vous avez quitté le lycée ?

J’ai quitté le LFIP assez tôt, en CP, car mes parents sont allés s’installer en France. J’ai donc poursuivi mes études en France. S’agissant de mon parcours scolaire, j’ai fait quelque chose d’assez classique : après mon Bac scientifique, je suis entré en prépa MPSI/MP, à l’issue de laquelle j’ai intégré, sur concours, l’ENSEA en spécialité Informatique et systèmes.  En dernière année d’école d’ingénieur, j’ai effectué en parallèle un master en recherche, ce qui m’a amené à me spécialiser dans le domaine de l’intelligence artificielle, dans lequel je réalise actuellement, à Grenoble, une thèse.

 

Pourquoi avoir choisi votre activité actuelle ? comment y êtes-vous arrivé ?

J’ai voulu travailler dans le domaine de l’informatique dès le collège, ça me passionnait et j’ai appris à programmer très tôt. J’étais également à l’aise dans les matières scientifiques, notamment en mathématiques, et finalement, en école d’ingénieur, j’ai réalisé qu’on pouvait combiner les deux dans le monde de la Data Science et principalement de l’intelligence artificielle. Je me suis donc lancé dans cette voie.

 

Où vous voyez-vous à moyen/long terme ? quelle(s) évolutions pour votre job, activité ? des projets en cours ?

Pour le moment, je termine ma thèse, je ne sais pas encore si je continuerai dans le monde de la recherche. Idéalement, j’aimerais bien revenir en région parisienne pour travailler en entreprise. Et puis plus tard, je pense passer l’agrégation de mathématiques / informatique pour devenir enseignant en lycée. Mais peut être resterai-je dans le monde de la recherche en passant par un post-doc puis en devenant maître de conférences (professeur à l’université / école d’ingénieur). Je ne sais pas encore quelle voie je choisirai mais l’enseignement fait clairement partie de mes priorités sur le long terme.

 

Si vous deviez recommencer, feriez-vous exactement les mêmes choses ? pourquoi ?

Oui, je ferais exactement les mêmes choix, y compris pour la classe prépa. C’est décrit et perçu de manière trop complexe encore par les élèves. Je ne pense pas qu’il faille être un élève surdoué pour réussir en classe prépa, il faut surtout être motivé et capable de tenir le coup sur l’année et demie de formation. Il est certain que n’importe quel élève qui s’implique un peu aura facilement l’accès à une école d’ingénieur publique à l’issue de ses concours. La prépa m’a clairement forgé : j’y ai acquis ce concentré de méthodologies, de connaissances, de façons de réfléchir et de résoudre des problèmes dont je m’en sers tous les jours, aussi bien au travail que dans ma vie personnelle.

 

Quel message aimeriez-vous transmettre à nos jeunes élèves ?

Quoique vous fassiez, faites-le pour vous et avec passion, n’ayez pas peur d’être ambitieux. Et en même temps, allez parler aux autres étudiants, ne vous isolez pas.

 

Une petite anecdote à nous raconter ? sur votre parcours scolaire, votre arrivée en France ou votre vie professionnelle ?

Lorsque je suis arrivé en France, quand on me disait « de rien », je remerciais à nouveau la personne car je ne connaissais pas la signification de cette expression.




1
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.